Pourquoi Jura Vaud Sud ?

Pour que Sur Grati, Mollendruz, Les Grands Plats et Bel Coster soient sans éoliennes.

mercredi 24 mai 2017

Bel Coster enquête publique française

Non, il ne s'agit pas d'une seconde mise à l'enquête suisse, mais de la mise à l'enquête publique côté France. Nous avons appris que tout le monde peut faire des remarques lors de cette mise à l'enquête, que l'on soit sur territoire français, suisse ou néo-zélandais ! Donc, il ne faut pas hésiter, surtout que la démarche est plus simple que chez les Helvètes.

Trois possibilités s'offrent à vous:

1. Se déplacer en mairie pour discuter avec le commissaire enquêteur. Pas facile pour tout le monde...

2. Envoyer un courrier postal à la mairie de Jougne, à l'attention de Monsieur François Goutte-Toquet, commissaire enquêteur.

3. Envoyer un email à l'attention du commissaire enquêteur (toujours Monsieur François Goutte-Toquet).
pref-observations-enquetes-publiques@doubs.gouv.fr

4. Cliquer sur le lien suivant: http://doubs.gouv.fr/Politiques-publiques/Amenagement-du-territoire-Construction-Logement-et-Transports/Amenagement-et-developpement-durables/Enquetes-publiques/Enquetes-ICPE

Là, vous pourrez écrire vos remarques.
Pensez à indiquer vos coordonnées pour bien personnaliser votre message.

Vous avez jusqu'au 6 juin pour vous manifester et faire vos remarques. Plus il y aura de messages, plus les autorités françaises auront à réagir.

Voici quelques éléments relevés côté français que les Suisses peuvent reprendre pour faire réagir le commissaire enquêteur:

1.      Les enjeux sont importants, puisqu’il s’agit de l’avenir des paysages visibles depuis Jougne, Entre les Fourgs et au delà, de la valeur des investissements immobiliers, de l’attrait touristique de ce secteur, et de nombreux autres éléments.

2.   La convention d’Aarhus, dans une directive européenne, impose à toutes les collectivités de donner toute l’information dont elles disposent en matière d’environnement. Hors à ce jour par exemple, ni les collectivités en charge de l’enquête, ni KohleNusbaumer ne reprennent et communiquent les éléments d’analyse qu’a rédigé le Parc Naturel Régional du Haut Jura côté français, dans son guide de développement de l’Eolien dans le Parc du Haut Jura (guide joint). Guide édité en décembre 2016 (simple à lire, c’est édifiant quand on connait le contenu du rapport de KohleNussbaumer). Le Parc a développé un argumentaire concernant les zones de continuité écologique à préserver, les cœurs de biodiversité à protéger, les sites remarquables à conserver, le respect des habitants des paysages et de l’environnement. Le parc rappelle que les effets de dominance et/ou de permanence visuelle doivent être évités. De par leur position par rapport au site d’implantation des éoliennes, Jougne, Entre-les-Fourgs, la Ferrière-Sous-Jougne seraient clairement victimes de dominance et de permanence visuel puisque Jougne, implanté sur des pentes faisant face aux éoliennes, est exposé à la permanence visuelle le long de très nombreuses rues du village, et Entre les Fourgs et la Ferrière sont victimes de dominance visuelle puisqu’en position de contre-plongée prononcée par rapport aux éoliennes géantes. Au regards des éléments d’analyse du Parc, le Parc a établi les secteurs où l’implantation des éoliennes n’est pas compatible avec la préservation des paysages et de la biodiversité. Voici une copie de la carte montrant toutes les zones d’exclusion. Superposé, la localisation de la commune de Jougne et la localisation du projet éolien à quelques mètres seulement de la commune de Jougne. La commune de Jougne est intégralement dans la zone d’exclusion pour les raisons suivantes au moins:
- sa proximité avec le site paysager et sonore remarquable des falaises du Mont d’Or,
-son aire de présence du grand tétras, 
- ses 2 monuments historiques (monument aux morts et chapelle)
- son paysage de type « Mont et Sommet à dominante d’Alpage et de forêt d’altitude ».


Je cite le Guide pour le développement de l’éolien du Parc du Haut Jura : le type paysager « Mont et sommet à dominante d’alpage et de forêt d’altitude » inscrit au Plan de Parc : à partir de l’analyse croisée des enjeux liés à cette unité paysagère, notamment en termes de soumission à la vue et d’ampleur de vue, le Parc considère que l’implantation d’éoliennes n’est pas compatible avec les objectifs de préservation du caractère emblématique des paysages concernés.

3. Les photomontages fournis par les promoteurs font preuve d'une manipulation crasse et ne correspondent pas à la réalité du paysage perçu depuis le côté français.
Par exemple, toutes les photos dans ce dossier, prises coté français, souffrent d’au moins un des défauts suivants:
- un contrejour atténuant l’imposante silhouette des éoliennes. Exemple :

- photos prise de loin, alors qu’il y a de nombreux points de vues dans Jougne qui auraient montré le projet sous un angle beaucoup plus effrayant (nous y travaillons). Exemple :

- photos prises en grand angle et très près de monuments caractéristiques du village de Jougne, ce qui réduit et écrase artificiellement la taille des éoliennes sur les photos. (La perspective s’approche vraiment de celle vue par l’œil humain que lorsque la photo est prise avec un objectif de 50mm de distance focale. Ce n’est pas le cas sur ces photos). Exemple :


Le choix de toutes les prises de vues publiées dans ce rapport, représente un des signes traduisant le caractère mensonger et erroné du rapport.


Bref, il y a de quoi faire des remarques et il ne faut pas s'en priver. La mobilisation des deux côtés de la frontière a bien fonctionné pour la mise à l'enquête suisse. Il faut qu'elle fonctionne de même pour la mise à l'enquête française.

Nous comptons sur vous !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire